Epreuve d’un vie – Le Blog

J’ai survécu à un accident de Tuk Tuk en Thailande : je vous raconte

J’habite dans le sud de la France et je travaille comme cuisinier dans un hôtel cinq étoiles. La fin du mois d’avril dernier, j’ai passé 2 semaines à Thaïlande. Ce pays de l’Asie du sud-est m’a toujours attiré, et quand un ancien ami que j’ai connu en France m’a proposé de visiter son pays, je n’ai pas hésité. Le pays possède des petits coins de paradis, la cuisine et le massage thaïlandais sont agréables. Mais un ombre au tableau, le séjour se termine par un accident qui pourrait devenir terrible.

Un chauffeur imprudent de tuk tuk

Alors, voilà en Thaïlande, le transport emblématique du pays c’est le tuk tuk, cette sorte de tricycle doté d’un corps avant d’un scooter et une carriole couverte d’une bâche sur deux roues par-derrière. 3 personnes peuvent s’y asseoir. Ces véhicules Bangkok et il est assez agréable de le prendre. Puis, il n’est pas totalement couvert donc c’est forcément plus frais qu’une voiture. Donc, mon hôte, sa femme et moi, nous avions loué un de ces taxis pour nous rendre au marché du Chatuchak. Le conducteur nous regardait, moi surtout avec mon gabarit de 1m80 95 kg, et les deux autres personnes qui ne sont pas aussi minces, mais il ne dit rien. Lui, il est un petit gringalet d’une vingtaine d’années environ. Après avoir négocié le tarif, nous sommes montés dans l’engin. En route, nous parlons de la vie en Thaïlande, de la politique en France (c’était la préparation du deuxième tour de l’élection présidentielle), des circuits peu empruntés par les touristes en Thaïlande. Pendant mon séjour, en effet, je n’ai vu que quelques sites touristiques de la capitale et Chang Maï au fond de la jungle thaïlandaise et Koh Phi Phi et ses îles environnantes.

Un coup de frein raté !

Le jeune homme conduit en pleine vitesse, soit 45 km/h environ. Je crois que c’est déjà le maximum avec la circulation et le poids de ses passagers. Il faut dire que la capitale est aussi peuplée de ces taxis à trois roues. Nous papotons toujours lorsque d’un coup un véhicule tout terrain a coupé la route à notre taxi sans que le conducteur puisse freiner à temps. Je revois encore la scène parce qu’en ce moment, j’écoutais mon hôte parler d’une architecture khmere datant de 1000 ans quand d’un coup nous sommes projetés contre un pylône. J’avais des étincelles mais je n’ai pas perdu connaissance heureusement. Je m’en sortais avec une foulure de bras gauche. Mais mon hôte a pris le poteau dans la partie supérieure de son corps. Il a dû être hospitalisé car il saignait beaucoup. Sa femme en est aussi sortie presque indemne comme moi. Après un jour d’hospitalisation, je peux partir et quitter le pays mais mon hôte ne s’en est pas bien remis rapidement comme moi. Il a dû subir une intervention chirurgicale. Le jeune homme qui a conduit la tuk tuk a quelques soucis avec les polices car le frein de son véhicule ne marchait pas. En outre, il a dû payer le coût de soins de mon hôte à l’hôpital tout en réparant sa pétrolette.

accident-tuk-tuk